Écriture et prise du crayon

LA PRISE DU CRAYON

Il existe plusieurs façons de prendre un crayon. On parle souvent de la prise typique :

Mais il en existe d’autres qui peuvent tout aussi bien être fonctionnelles. Tout dépendra de la physionomie de l’enfant et de sa capacité à bouger le crayon avec les doigts.

Beaucoup de parents se demandent si  la prise du crayon est apprise à l’école ou s’ils doivent la « travailler » à la maison.

Généralement, il est inutile d’apprendre la prise du crayon à l’enfant. En fait, c’est un geste qui est « naturel » car il est l’aboutissement de tout le parcours sensoriel et moteur de l’enfant. Le bébé, puis l’enfant, dans son développement global va passer par diverses étapes, lui permettant d’explorer sa posture, les mouvements de son corps, de ses yeux et de ses doigts. C’est donc toutes ces expériences en motricité globale et en motricité fine qui vont lui être utile.

ÉCRITURE ET GRAPHISME

L’écriture dépend de 4 critères :

  • l’ergonomie, c’est à dire l’environnement et le matériel utilisé
  • la posture de l’enfant
  • la position de la feuille
  • et la tenue du crayon

Ensuite, il y a la « qualité » de l’écriture, la lisibilité en quelque sorte. Elle peut dépendre de la tenue du crayon, mais il y a aussi beaucoup d’autres choses qui peuvent interagir : les aspects cognitifs, les aspects langagiers, les aspects exécutifs, etc…

Double-tâche

La double tâche peut être une des raisons qui font que l’enfant va « mal » écrire.

La double-tâche, c’est la capacité du cerveau à faire 2 choses en même temps. Dans l’écriture, On parle de double tâche quand l’enfant doit penser à la fois à contrôler son geste et en même temps à réfléchir à ce qu’il écrit (orthographe, syntaxe, etc..)

L’enfant fait alors des choix :

  • Soit il focalise son attention sur le geste, et laisse de coté le contenu
  • Soit il focalise son attention et laisse de coté la qualité de son geste

Cela explique que certains enfants écrivent « bien » quand ils prennent leur temps, et « mal » quand ils sont contraints à suivre un rythme plus soutenu.

Ce qui fait que l’enfant n’est plus en double tâche, c’est lorsqu’il  automatise son geste. Cela se développe en général vers 7 ou 8 ans, via les apprentissages scolaires.

L’hypothèse de la double tache n’est qu’une des hypothèses possible, il existe bien d’autres « explications » possibles à ce soucis.

Dyspraxie

La dyspraxie, appelé maintenant trouble développemental de la coordination, est une difficulté à apprendre et à automatiser les gestes du quotidien (écrire, manger, s’habiller, etc…). on évaluera alors la motricité globale, la motricité fine, les mouvements des yeux, etc  de l’enfant afin de déterminer les axes de rééducation. Parfois (et même souvent en fait), il s’agit surtout d’un retard dans le développement sensori moteur de l’enfant, que la rééducation va pouvoir aider. En cas de trouble développemental de la coordination (ou dyspraxie) persistante, on orientera plus vers un(e) ergothérapeute pour les aspects fonctionnels et compensatoires de la rééducation.

 

Découvrez tous les ateliers du cabinet: