Observer son cycle: Partie 2 – la glaire

La glaire cervicale, appelée mucus cervical ou plus communément perte blanche, est présente de l’adolescence (juste avant les premières règles) à la ménopause. Souvent dénigrée, qualifiée de « sale » ou « gênante », elle est pourtant totalement physiologique. Elle est même le reflet de la santé gynécologique de la femme.

La glaire, qu’est-ce que c’est?

La glaire, c’est un mélange d’eau, de glycoprotéines (qui forment une sorte de gel) et de substances biochimiques.

Elle se forme au niveau du col de l’utérus (à divers endroits du col, qui mesure environ 2.5cm de haut). Le col n’est pas lisse, il est formé de petites cryptes, et c’est dans ces petites cavités que la glaire se forme. Elle coule ensuite le long du vagin.

Elle est sécrétée tout au long du cycle naturel de la femme, et sa texture (et sa composition) changent au fur et à mesure. De ce fait, elle est un indicateur précieux pour bien se repérer dans son cycle (souvent utilisée dans les méthodes de contraception naturelles) mais aussi pour identifier d’éventuels troubles hormonaux et de ce fait, explorer sa santé gynécologique.

Il existe différents types de glaire. Les femmes produisent 4 grands types de glaire.

Les différents types de glaire cervicale et leur rôle

Chaque type de glaire a une texture précise et une fonction précise. Elles sont fabriquées à des moments différents du cycle, sous l’influence des hormones et peuvent se mélanger à certains moments.

La glaire S (Sperm Transmission mucus)

La glaire S est présente sur la période péri-ovulatoire.

Son rôle est de fournir de l’énergie aux spermatozoïdes et d’aider à leur transport au travers du col. Elles forment une sorte de canal le long du col par lequel les spermatozoïdes passent plus facilement tout en étant nourris.

Elle est en partie responsable de la sensation d’humidité que l’on ressent durant la période ovulatoire.

La glaire P (Peak)

Cette glaire est également présente au moment de la phase d’ovulation. Elle apparait sous l’influence des œstrogènes.

Elle permet de liquéfier les glaires L et S. C’est elle qui transporte les spermatozoïdes vers l’utérus.

Elle est responsable de la sensation de glissement ou de lubrification que l’on peut ressentir autour de l’ovulation.

La glaire L (Locked in Mucus)

C’est une glaire « d’aide ».

Elle sert d’appui pour les glaires S et P, facilitant le rôle de ces dernières.

Elle a aussi pour rôle d’attirer les spermatozoïdes de mauvaise qualité, pour les éliminer.

La glaire G (Gestagenic)

C’est la glaire présente sur tous les autres moments que celui de l’ovulation.

Elle est produite sous l’influence de la progestérone.

Elle forme un bouchon impénétrable, fermant ainsi le col de l’utérus pendant presque tout le cycle.

Elle fait aussi parti du système immunitaire et protège la femme contre les infections génitales.

Lorsqu’elle est présente, la durée de vie des spermatozoïdes est très courte (quelques minutes)

Durant ces périodes, nous avons une sensation sécheresse.

Bon à savoir:

Sur notre vulve, nous possédons des nerfs et des micro-récepteurs, un peu comme sur notre langue. Ceux-ci permettent à la femme de ressentir les sensations d’humidité, glissement, sécheresse… produites par les différents types de glaire.

Attention, sensation de sécheresse ne veut pas dire vagin « sec » (et donc douleurs lors des rapports). Parceque la nature est extrêmement bien faite, il y a à l’entrée des vagin des sortes de mini-poches (Poches de Shaw), qui, sous l’influence de la progestérone (donc après l’ovulation) font coaguler la glaire et la « réabsorbe ». Ainsi, le vagin reste lubrifié, mais « rien » ne sort de la vulve!

L’observation de la glaire est donc riche en information sur le profil gynécologique de la femme. C’est d’ailleurs de ce principe qu’on été développées des méthodes de contraception naturelle qui, selon l’OMS, ont un taux de réussite de 98%. Mais c’est aussi grâce à l’observation de la glaire, des règles et d’autres marqueurs de la fertilité que l’on peut accompagner la femme dans son désir d’enfant.

 

Découvrez aussi les autres accompagnements proposés au cabinet:

 

Une réflexion sur « Observer son cycle: Partie 2 – la glaire »

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!